• Cloud
  • show/hide menu
  • Cloud
  • Cloud Dossiers Serveur Windows Server

    Un OS pour le Cloud

    1

    Puissance informatique et stockage en pool, souplesse d’usage des ressources, élasticité et consommation à la demande : le Cloud promet beaucoup. Mais sans une couche de gestion performante, inutile de tenter l’aventure. Découvrez 5 fonctions majeures pour un système d’exploitation orienté vers les nuages.

    1. Virtualisation intégrée à l’OS

    Rationaliser l’usage des ressources du SI passe aujourd’hui par un usage important de la virtualisation serveur. Mais la gestion des machines virtuelles, surtout dans des datacenters en expansion continue, exige un outil de virtualisation qui soit le plus proche possible de l’OS serveur. C’est ce lien de proximité qui seul permet la création d’une infrastructure élastique et évolutive, d’une administration et d’une supervision automatisée et d’un accès libre-service aux machines virtuelles. Cette intégration permettra également de « jongler » avec les machines virtuelles créées sur un cloud privé ou public.

    2. Administration et gestion du cycle de vie des applications unifiées

    Cadres applicatifs standards pour le développement et l’exploitation se doivent d’être au rendez-vous pour assurer une cohérence du fonctionnement des applications dans un SI ouvert. C’est l’unique moyen de faire fonctionner les outils à la fois sur un cloud privé, dont les processus sont définis par l’entreprise, et sur un cloud public, à la puissance infinie mais aux spécifications communes (comme Azure par exemple), en collaboration avec un prestataire. Cette notion de cloud hybride ne peut donc exister qu’avec ce prérequis d’administration et de supervision unifiée.

    3. Fédération des identités

    Un utilisateur qui se connecte depuis n’importe quelle machine, depuis n’importe quel endroit, sur des applications ou à des données hébergées en local ou chez un prestataire, et cela en respectant la gouvernance de règles de sécurité édictées par l’entreprise. Impossible ? Si. Mais seulement si un outil puissant de gestion des identités, des profils et des droits d’accès est positionné au cœur de l’OS serveur utilisé par l’entreprise.

    4. Gestion complète de données hétérogènes

    Croissance des volumes et diversification de la nature des données sont les deux tendances du stockage, bref, c’est la concrétisation du Big Data. Pour répondre à ces problématiques, l’OS Cloud doit être à même de gérer des pétaoctets de données en provenance de sources différentes et des millions de transactions.

    5. Plateforme de développement agile

    Une plateforme de développement agile est aujourd’hui plus que nécéssaire pour créer des applications connectées dans et en dehors de l’entreprise, et hébergées dans son Cloud. Qu’elles soient utilisées par les employés, les fournisseurs ou les clients, ces applications de dernière génération ne peuvent être créées qu’avec les derniers frameworks (Microsoft Visual Studio et .NET, REST, JSON, PHP ou encore Java).

    L’avis de Microsoft : Face à ces défis, l’OS Cloud Windows Server 2012 est sans doute l’exemple à suivre. Il propose des solutions simples et directes : l’intégration de Microsoft System Center à des outils de programmation comme Microsoft Visual Studio, des framework comme .NET, une intégration native à l’environnement Windows Azure, pour une gestion efficace du cycle de vie des applications, un Active Directory étendu à l’ensemble du cloud de l’entreprise et un hyperviseur (Hyper-V 3) qui permet une virtualisation depuis l’OS serveur.

    articles liés

    Microsoft peut-il bousculer le marché de la virtualisation?

    Microsoft peut-il bousculer le marché de la virtualisation?

    Les rendez-vous de l'IT: serveurs et datacenter, quoi de neuf ? [vidéo]

    Les rendez-vous de l'IT: serveurs et datacenter, quoi de neuf ? [vidéo]

    Comment faire face à l'explosion du volume de données? [infographie]

    Comment faire face à l'explosion du volume de données? [infographie]

    • http://www.facebook.com/francoisxavier.boussougou François Xavier Boussougou

      Le caractère homogène de l’ os cloud windows serveur 2012 permet de gagner en souplesse de part et d’ autre. Ce d’ autant plus que la notion de stockage des données renvoie à l’ existence d’ une multiplicité de fichiers et une multiplicité de type de clients.De ce fait, il naît une exigence . Celle de pouvoir fluidifier l’ information dans un sens comme dans un autre celà quelque soit la taille du fichier.Pour ce faire le rôle de l’ os cloud est quasiment revolutionnaire.