• Accueil
  • Actualités
  • Témoignages
  • Conseils
  • Documents
  • Évènements
  • show/hide menu
  • Accueil
  • Actualités
  • Témoignages
  • Conseils
  • Documents
  • Évènements
  • Actualités 2014 tendances

    2014, l’année du business éco-responsable ?

    0

    Dans une époque où la surconsommation est sous le feu des projecteurs, se dessine la tendance du mieux consommer. Matériaux recyclés, produits locaux, solutions écologiques… « Place à une consommation plus réfléchie » semble nous dire le marché. Les entrepreneurs l’ont d’ailleurs bien compris et sont de plus en plus nombreux à se lancer dans un commerce et une production davantage citoyens.

    Le green business ou un business éco-nomique

    Le développement durable c’est une approche business qui a le vent en poupe.  Ces nouveaux green businessmen cherchent à concilier une croissance verte et plus de responsabilité écologique. Leur objectif : montrer qu’on peut être une PME économiquement viable tout en étant écologiquement responsable.

    Capture

    Les trois composantes du développement

    Le recyclage est au cœur des grandes tendances de ce business écologique et certains entrepreneurs en profitent. C’est le cas par exemple de Samantha Pastour, créatrice de Bill’iz (première promo Spark – Microsoft Ventures) qui a gagné le prix Entrepreneure responsable en 2013.

    Son site donne une deuxième vie aux objets dont vous ne voulez plus et pour « tous ceux qui n’aiment pas jeter ». La plateforme a été conçue pour simplifier la vie des internautes en leur permettant, à partir d’une seule adresse, d’entretenir, de revendre, de réparer, de donner ou de louer des objets.

    162329124

    Récupérer, recycler, transformer et revendre, c’est aussi le crédo d’Extramuros, une entreprise d’insertion dirigée par Nicolas Mangione. Depuis 2008, cette entreprise fabrique et distribue du mobilier et des accessoires réalisés à partir de matériaux de récupération et de produits écologiques. Soutenu par le Conseil régional d’Île-de-France, par le biais du dispositif d’aide régionale aux structures d’insertion par l’économie (ARSIE), Extramuros a bénéficié d’une première enveloppe de 38000 euros, qui a servi à la création de la structure.

    Cette société emploie aujourd’hui quatorze salariés et vient de lancer un plan de développement afin d’acquérir de nouveaux locaux, renouveler ses outils et surtout recruter. Vous pouvez vous aussi demander des aides si vous voulez lancer une entreprise au service de l’écologie comme sur le site de l’Ademe et le site de l’Anah.

    Le made in France continue sa percée

    L’éco-citoyenneté ne s’arrête pas aux produits recyclés : en effet, les acheteurs sont de plus en plus sensibles à la provenance des produits qu’ils achètent (et des matières premières nécessaires à sa fabrication). Que celle-ci soit la plus locale possible (limitant les impacts écologiques du transport), et que celle-ci assure des conditions de travail décentes pour les travailleurs, tout en respectant les normes écologiques en vigueur en France.

    Selon un sondage Ifop réalisé en 2013,  73% des Français déclarent que le made in France est un critère « plus important (pour eux) qu’il y a dix ans » dans leurs achats au quotidien et se disent prêts à payer plus cher un produit si celui-ci a été fabriqué en France.

    De nombreux entrepreneurs ont donc fait le pari de la fabrication locale. On se souvient de la promotion médiatique de ce fameux made in France par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, vêtu de sa marinière.

    La concurrence est rude face aux industries étrangères mais ces entrepreneurs veulent y croire et ces petites entreprises ont ainsi fort à faire. De jeunes entrepreneurs se lancent dans ce défi du local comme ceux d’Archiduchesse ou du Slip français.

    182082304

    Le parcours n’est hélas pas toujours facile car les banques restent frileuses. C’est pourquoi le créateur du Slip Français Guillaume Gibault a préféré miser sur le buzz créé par le lancement de son slip qui sent bon. En 2012, le chiffre d’affaires du Slip français était de 282 200 euros et il tablait sur 800 000 euros en 2013.

    Le made in France sera-t-il à nouveau une des causes nationales en 2014 ? Suffisant pour vous convaincre de sauter le pas et de vous lancer dans ce type d’entreprise ?

    articles liés

    Quoi? Les PC de ta boîte sont encore sous Windows XP?!

    Quoi? Les PC de ta boîte sont encore sous Windows XP?!

    Comment améliorer vos outils informatiques avec notre diagnostic ?

    Comment améliorer vos outils informatiques avec notre diagnostic ?

    Chez l'incubateur de startups Spark, c'est aussi la rentrée

    Chez l'incubateur de startups Spark, c'est aussi la rentrée