• Accueil
  • Actualités
  • Témoignages
  • Conseils
  • Documents
  • Évènements
  • show/hide menu
  • Accueil
  • Actualités
  • Témoignages
  • Conseils
  • Documents
  • Évènements
  • Conseils création d'entreprise

    Créer sa boîte avec un ami : bon ou mauvais choix ?

    1

    Qui n’a pas rêvé de lancer une boîte avec un ami ? Prendre un associé apparaît être la bonne solution car on connait les risques impliqués dans la création d’une société. Des risques que vous n’aurez pas forcément envie de prendre seul. Et qui de mieux qu’un ami comme associé ? Est-ce un bon ou un mauvais choix ? Cette alliance s’avèrera-t-elle être un avantage business, ou un frein au développement de l’entreprise ?

    Une alliance rassurante

    Qui nous connaît mieux que notre famille et nos amis ? Se lancer dans la création d’entreprise, surtout pour la première fois, est un saut dans l’inconnu, difficile de savoir à l’avance si son affaire va marcher. Se plonger dans l’aventure avec un ami peut donc être rassurant. Deux personnes qui se connaissent bien auront plus de facilités à échanger ; et il s’avère que la proximité favorise la communication dans le travail et la prise de décision. Autre avantage, l’absence de temps d’adaptation à l’autre et pour appréhender le caractère de son associé. Souvent d’ailleurs, l’idée de créer son entreprise peut naître d’aspirations communes entre amis qui décident de sauter le pas, rassurés de le faire ensemble. Une association qui se fait ainsi naturellement autour d’un projet avec l’envie que ça marche (c’est notamment le cas de nombreuses startups.)

    Un projet aussi solide que l’amitié

    Lorsqu’on devient entrepreneur, les enjeux sont importants et notamment les enjeux financiers. Avoir un projet solide est essentiel, et cela passe nécessairement par son associé. Aussi,  il faut se poser les bonnes questions :

    • est-il la personne la plus appropriée et la plus compétente pour travailler avec vous sur ce projet ?
    • a-t-il la même vision à long terme du développement de l’entreprise ?
    • vos ambitions dans l’entreprise sont-elles communes ?
    • votre investissement est-il équivalent ?

    La complémentarité des associés est considérée comme un vecteur important de réussite avec de vraies compétences différentes pour chacun : commerciales, techniques, gestionnaire…Il faut bien découper les tâches pour que chacun puisse s’occuper du domaine dans lequel il est le plus expérimenté. Il vaut mieux définir très clairement les missions de chacun pour éviter de marcher sur les plates-bandes de l’autre et surtout lui faire confiance dans sa gestion.

    L’erreur serait de penser que l’amitié sera plus forte que tout. Les pressions liées à une création d’entreprise peuvent la mettre en péril. La désillusion peut-être forte, un bon ami n’est forcément un bon associé. Il vaut mieux se préparer à toute éventualité et bien définir les contours de votre association.

    Formaliser son association

    Comme pour un mariage, on ne veut pas penser au pire et pourtant cela est nécessaire. Il faut vraiment définir la hauteur des investissements : l’un des associés est-t-il majoritaire ou est-ce une co-gérance ?

    Vous pouvez choisir entre un pacte d’actionnaires pour les SA ou un pacte d’associés pour les SARL. Ce document rédigé sous seing privé récapitule des points importants comme entre autres le partage des pouvoirs, les règles de répartition des résultats de la société entre dividendes ou encore les conditions de cession des parts d’un associé. Si l’un des deux est l’inventeur d’un procédé ou d’un prototype, il est préférable de déposer un brevet en son nom propre pour éviter tout éventuel litige.

    Au moment de la création de l’entreprise, vous aurez tendance à ne pas préparer une éventuelle dissolution et à ne pas prévoir de clause de sortie, elle est pourtant essentielle. Celle-ci peut être rédigée soit dans les statuts qui sont publics, soit dans un pacte d’associé, c’est-à-dire dans un document confidentiel qui comporte entre autres les conditions de rémunération, de rachat, de processus de prise de décision.

    Mieux vaut donc préparer les modalités de votre association dans la phase de création que lorsque les difficultés sont là et où la communication peut alors être rompue. Vous aurez ainsi plus de chances de faire de votre amitié un bel atout dans votre entreprise.

    Si vous connaissez des belles histoires d’amitié dans l’entreprenariat, partagez-les avec nous.

    articles liés

    Création d’entreprise : les points clés à retenir

    Création d’entreprise : les points clés à retenir

    Création d'entreprise: 8 erreurs de débutant à éviter

    Création d'entreprise: 8 erreurs de débutant à éviter

    Que peut apporter le cloud à votre entreprise ?

    Que peut apporter le cloud à votre entreprise ?

    • http://www.kulturstartup.fr Cédric Le Clezio

      certains diront qu’il ne faut pas s’associer avec un ami, d’autres que si. Il n’y a pas de règles. Par contre, et cela compte pour tous les types d’association, il faut poser avant l’association les points sur les rémunérations futurs, sur leur objectifs respectifs.