show/hide menu
Décalé Technet

C’est les vacances : Jouons… tout en restant un peu dans l’IT!

0

Une autre de mes passions, en plus de l’informatique, ce sont les jeux. Les jeux de sociétés, ceux avec des plateaux, des pions, des dés, des cartes et surtout, de vrais gens autour de la table Sourire !!!!

Plus particulièrement, je suis attiré par les jeux de cartes, et cet été j’ai découvert « Android Netrunner ». Je vous en parle dans cet article un peu « décalé », car comme vous allez le voir, il utilise beaucoup de concept de la « vie » informatique et n’est pas très loin de certaines réalités.

Ce jeu est une réédition, au format « évolutif », d’une version sortie en 1994 qui était, elle, au format à collectionner…. Donc à gros budget. Quand on dit jeu à collectionner, dans le monde du jeu de cartes, on pense très rapidement à « Magic l’assemblée ». Ce qui est de bonne augure car « Android Netrunner » est un jeu issu de l’imagination du créateur de « Magic l’assemblée », Richard Garfield. Au passage, pour les joueurs de « Magic l’assemblée », vous pouvez télécharger l’application de gestion de collection de cartes, développée par David Cathue, sur cette page.

Faut choisir son camp

« Android Netrunner » est un jeu de cartes un peu particulier car c’est un jeu asymétrique. C’est-à-dire que les joueurs, en fonction du camp choisit, ne seront pas soumis aux mêmes règles. Les joueurs auront la possibilité de jouer :

  • Une corporation, puissante et hégémonique dans son secteur d’activité, qui aura pour but de développer des projets divers et variés, tout en protégeant ses serveurs d’éventuelles attaques de pirates informatique.

image 

  • le Runner, un pirate informatique, extrêmement doué dans son domaine et particulièrement bien outillé. Son but, vous l’aurez deviné, c’est de dérober les projets des corporations.

image 

La corporation

Le premier joueur est celui qui jouera la corporation. Il débutera la partie avec :

  • 5 crédits (l’argent du jeu)
  • Son QG (représenté par sa main, composée de 5 cartes)
  • Sa R&D (son deck face cachée qui est aussi sa pile de pioche)
  • Ses archives (sa pile de défausse)

Durant son tour, la corporation commence par piocher une carte de sa R&D et aura 3 actions, représentées par 3 clics. Avec ses clics, elle devra déployer des serveurs distants et développer sur ses serveurs des projets issus de sa R&D, tout en se protégeant des pirates ! Cette protection s’effectue par la mise en place d’une infrastructure robuste et sécurisée. Elle pourra aussi user d’évènements pour accélérer son déploiement ou augmenter sa trésorerie.

Les protections se feront bien entendu au niveau des serveurs distants, mais aussi au niveau du QG, de la R&D et des archives (En d’autres termes, le runner peut avoir la capacité de dérober des projets se trouvant dans votre main, votre « deck » ou votre pile de défausse !!!). Dans le jeu, La protection est matérialisée par des « glaces » qui vont faire office de Firewall. Ces glaces peuvent être de différents types et sont composées de routines. Ces routines se déclenchent en cas d’attaque, ayant pour conséquence des effets néfastes pour le runner. Sinon dans la vraie vie, pour la sécurité de vos infrastructures, vous pouvez faire un tour sur le blog de Stanislas !

Un exemple de projet.

 

Un exemple de glace permettant la protection des serveurs. Cette glace possède une routine qui arrête purement et simplement le piratage !

 

Déploiement d’une infrastructure augmentant la capacité du QG.

 

clip_image006

 

clip_image008

 

clip_image010

 

Le runner

Le runner est le pirate informatique du jeu. Ce n’est pas forcément un mauvais bougre et peu défendre de bonnes causes contre certains projets pas toujours très « clean ». Le runner commence la partie avec 5 crédits et durant son tour, il aura 4 actions (4 clics). Mais il n’aura pas la possibilité de piocher au début de son tour. Il devra donc bien gérer sa main ou dépenser des clics pour piocher !

Le but du runner est de dérober les projets des corporations en attaquant soit son QG, sa R&D, ses archives ou ses serveurs distants. Mais pour cela il devra passer les fameuses glaces. Il lui faudra donc installer des programmes assez puissants pour casser la résistance des glaces, puis ensuite désactiver la ou les routines des glaces. Bien entendu, pour installer tous ces programmes, il lui faudra du matériel et assez de capacité mémoire pour déployer les différents programmes. La puissance du runner est donc contrainte par son équipement informatique. Dans la vraie vie, pour tout ce qui est question de gestion de périphériques et déploiement des applications, vous pouvez consulter le blog de Pascal !

Une carte évènement permettant de réduire les coûts d’installation d’un programme.

 

Un exemple de programme. Celui-ci occupe 1 place mémoire dans l’ordinateur du runner. Il lui faut donc gérer sa place mémoire qui est de 4 au départ. Heureusement, celle-ci est extensible !

clip_image012

 

clip_image014

Mesurer les risques

Le but du jeu pour la corporation est de développer ses projets afin d’obtenir un total de 7 points (les projets ont une valeur de point de victoire différent). Elle pourra le faire rapidement en déployant de nombreux serveurs distants, mais il faudra s’assurer d’avoir les ressources nécessaire pour les protéger correctement. Une fois les serveurs déployés il lui faudra gérer au mieux ses projets et ses données. (Dans la vraie vie, pour la gestion des projets et des données, vous pouvez consultez mon blog). Mais attention, la corporation peut aussi perdre la partie si il n’y a plus de projets ou ressources dans sa R&D (si le joueur de la corporation ne peut plus piocher au début de son tour).

Pour le runner, le but principal est de dérober des projets à la corporation pour un total de 7 points. Et pour cela, il va attaquer les différents serveurs de la corporation. Mais cela n’est pas sans risque car la corporation va tout faire pour le « taguer » et le rendre repérable sur le réseau. Une fois « taguer » le runner verra ses ressources neutralisées par les services de sécurité de la corporation.

Une course s’engagera donc entre le runner et la corporation pour la mise en place du meilleur réseau, des meilleurs relais et la maîtrise des protocoles de communications. L’avantage ira sûrement à celui qui lira le blog d’Arnaud ! Attention aussi à la gestion de la main du runner. Des évènements peuvent lui faire perdre des cartes de sa main. En cas d’une main égale à zéro, le runner se trouve alors dans une mort clinique et perd la partie.

Ce n’est qu’un jeu de société….

Que vous incarniez la corporation ou le runner, ce n’est qu’un jeu de société qui permet de passer du bon temps….. À partir du moment où vous trouvez un joueur (ici, le jeu vidéo à clairement un avantage Sourire !!). Ce jeu reprend de nombreux concept de l’informatique et est très réaliste dans l’approche, surtout quand on baigne dans le domaine : Limitation des installations de programmes en fonction de la puissance des machines (dans la vraie vie, l’élasticité du cloud Azure apporte clairement une réponse !), choisir entre déploiement massif et sécurité des infrastructures, etc…..

 

Et pour la suite

Voilà pour cet article des vacances un peu décalé. Mais quoi qu’il en soit, que vous ayez un deck « Android Netrunner » ou non Sourire, c’est avec plaisir que l’on vous rencontrera lors d’un IT Camp!

Franck Mercier

 

Pour tester Windows Server 2012, Windows 8, SQL Server 2012 et SQL Server 2014, vous pouvez télécharger gratuitement la version d’évaluation disponible sous la forme :

· Windows Server 2012 :

· SQL Server 2012 :

· Evaluation SQL Server 2014 CTP1 :

· Testez Azure gratuitement pendant un mois :

articles liés

Vidéo : Power Map et les cartes personnalisées

Vidéo : Power Map et les cartes personnalisées

Vidéo : Azure Machine Learning

Vidéo : Azure Machine Learning

SQL Server 2014 : AlwaysON Availability Group dans Azure (Partie 5)

SQL Server 2014 : AlwaysON Availability Group dans Azure (Partie 5)

Les commentaires sont fermés.