Vous avez un projet ?

Contactez-nous

L’année scolaire 2020-2021 est placé sous le signe de nouveaux modes d’enseignement et notamment l’enseignement hybride. Pour s’y préparer, les écoles ont accéléré leur transformation digitale. Voici les 5 notions clés qui ont marqué cet essor de l’usage du numérique dans l’éducation.

 

L’enseignement hybride pour un travail toujours plus collaboratif

 

A l’annonce du confinement, le numérique a permis la continuité pédagogique et marque le début d’une nouvelle forme d’apprentissage présentant de nombreux bénéfices : l’enseignement hybride. Les outils digitaux ne remplaceront jamais le rôle du professeur mais l’accompagne au quotidien pour garder le lien avec ses apprenants, travailler de manière plus collaborative et mieux administrer ses cours.

Afin de faciliter la communication au quotidien, Teams joue désormais un rôle central pour beaucoup d’écoles. C’est le cas du Lycée Philippine Duchesne qui a atteint 80% de taux de satisfaction suite à son expérimentation de l’outil avec notamment sa fonctionnalité de visioconférence.

 

En outre, cette dernière année, les usages du numérique en classe se sont ainsi multipliés pour mieux travailler ensemble. Par exemple, grâce à Class Notebook les cours sont maintenant centralisés dans les trois espaces à disposition : la bibliothèque de contenus, l’espace collaboratif entre enseignants et élèves, l’espace personnel pour chaque apprenant. Les bénéfices sont multiples : un gain de temps pour les professeurs sur les partages de fichiers facilitant la compréhension des cours, ou encore sur la correction des devoirs ; et l’assurance d’un suivi personnalisé pour leurs élèves qui ont des feedbacks réguliers et immédiats. 90% des enseignants du Collège Episcopal font eux aussi un usage intensif de Teams, en remplaçant une photocopie par un OneNote ou un DM papier par un onglet devoir.

Et puis, les écoles ont besoin aujourd’hui de donner accès à distance au bon matériel de travail. La cité scolaire Maurice Ravel a par exemple pré-configuré un poste de travail virtuel avec Azure Lab Services comprenant toutes les applications nécessaires aux classes de sciences informatiques, hébergé dans le Cloud et accessible à tous quelques soient la puissance de l’ordinateur.

Tous ces outils accompagnant de nouveaux besoins et usages ont été plébiscités par les écoles notamment pour la facilité et la rapidité de leur implémentation. Le Collège Episcopal ou bien encore le lycée Gabriel ont choisi le duo Autopilot et InTune pour administrer à distance son parc de tablettes. Et l’Université Bretagne Sud a assigné les enseignants et étudiants automatiquement à leurs 2 300 classes virtuelles grâce à l’outil Microsoft School Data Sync.

 

Découvrez également le témoignage de la Burgundy School of Business, qui a misé sur l’enseignement hybride en adoptant notamment la gamme Surface et la solution de collaboration Microsoft Teams.

 

La transformation numérique passe par l’acculturation de tous

 

Outre ces journées, des formats plus inédits ont vu le jour comme les AperoTech du collège Episcopal, les e-books du Lycée Philippine Duchesne ou l’équipe Teams de l’Université Bretagne Sud fédérant les 800 enseignants, pour partager des bonnes pratiques et astuces digitales. Côté étudiants, l’acculturation a été plus instinctive même si des ambassadeurs numériques ont souvent été nommés dans les classes pour remonter d’éventuelles difficultés.

 

Une expérience « gamifiée » pour un apprentissage ludique

 

Loin du cours magistral traditionnel, les enseignants, élèves et étudiants sont à la recherche de nouvelles expériences d’apprentissage permettant d’aborder des sujets qui auraient été fastidieux à traiter dans un cours classique.

Cela peut par exemple passer par les outils précédemment évoqués dont on détourne l’usage premier. Par exemple, le Lycée Philippine Duchesne a reproduit un call center avec Teams, OneNote et Forms pour simuler un jeu de rôle avec ses apprenants, un cas pratique censé les confronter à une situation qu’ils auraient pu rencontrer dans leur vie professionnelle.

Mais l’outil le plus parlant est bien sûr Minecraft Education Edition : les élèves apprennent en autonomie, identifient leurs forces, apprennent à négocier avec les autres et développent des compétences en leadership tout en découvrant le code.

 

Le Collège Episcopal a ainsi mis en place un serveur Minecraft Education Edition à l’intérieur du collège dont le but premier était de créer du lien à travers la construction d’un monde virtuel au service de tous. Avec une dimension plus pédagogique, le professeur d’éducation religieuse fait imaginer à ses élèves des lieux de cultes avec Minecraft.

 

Le numérique, un allié pour l’apprentissage inclusif

 

L’école doit contribuer à l’égalité des chances et cela passe donc par veiller à une Education inclusive de tous les enfants. Chaque élève, chaque étudiant est unique, il est essentiel que chacun puisse personnaliser son expérience d’apprentissage en fonction de ses difficultés, visibles ou invisibles, temporaires ou permanentes. En France, plus de 390 000 élèves sont en situation de handicap, dont 20% ayant un handicap visible et 80% invisible !

Accueillir tous les publics pour les conduire jusqu’à l’employabilité est donc un réel enjeu pour les établissements et ainsi garantir l’égalité des chances, d’autant plus avec l’émergence du télétravail et l’enseignement à distance. Ainsi les élèves sujets à des troubles cognitifs, à des déficiences visuelle ou auditive, ou encore à des handicaps temporaires, doivent connaitre les outils disponibles pour améliorer leur compréhension des cours et optimiser leur apprentissage.

 

OneNote permet ainsi aux apprenants la prise de notes par dictée, le lecteur immersif et le surlignage pour une lecture facilitée, ou encore la traduction simultanée et le sous-titrage pour les élèves internationaux.

Teams et ses équipes sont aussi vecteur d’inclusivité pour tous. Par exemple, l’outil a permis au sein du collège Episcopal de créer une communauté incluant les parents d’enfants dyslexiques ou dysgraphiques, les enfants, l’assistante de vie scolaire, l’infirmière, et les enseignants pour que ces élèves se sentent sur un pied d’égalité par rapport aux autres et ne dépendent plus du bon vouloir des camarades pour accéder à leurs notes prises en cours.

 

La formation aux métiers de demain

 

Les métiers évoluent à l’ère du digital, d’autres n’existent même pas encore. Pour préparer les jeunes générations à appréhender le monde de demain, Microsoft les accompagne dans leur apprentissage des nouvelles technologies, et notamment du Cloud, via sa plateforme Microsoft Learn. Les certifications Microsoft Azure, reconnues par le monde professionnel, forment les étudiants à ces nouvelles compétences prisées par les entreprises, augmentant ainsi leur employabilité à des postes techniques.

 

Si la certification Azure Fundamentals délivre des connaissances sur le Cloud, les services Azure, les charges de travail, la sécurité et la confidentialité ; d’autres certifications forment des profils ultra-spécialistes. L’université pluridisciplinaire de la Sorbonne, via son Master 2 MoSEF, forme par exemple des Data Scientists ultra-qualifiés. L’École d’Ingénieurs Généraliste du Numérique EFREI Paris a également intégré le programme Microsoft Learn et enrichit le cursus de ses étudiants en dernière année du cycle Ingénieur « Big Data & Machine Learning » et « Cybersécurité ».

 

 

Cette année scolaire fût riche en apprentissages. Une accélération des usages du numérique qui n’est pas prête de s’arrêter avec l’enseignement hybride. L’objectif aujourd’hui est de rendre les étudiants acteurs de leur apprentissage avec par exemple une méthodologie de classe inversée.

Au-delà de la continuité pédagogique, le numérique a aussi un rôle clé dans l’apprentissage socio-émotionnel, qui fait partie intégrante des préoccupations de l’éducation aujourd’hui. Teams a permis un accompagnement personnalisé et mis à disposition de tous des fonctionnalités pour garder le lien et préserver un climat de confiance : les badges Praise (Compliment)  pour féliciter, Reflect pour aider les étudiants à qualifier leurs émotions… des petites pratiques numériques semblant anodines mais qui contribuent au bien-être émotionnel, vecteur de réussite des élèves et étudiants.