Vous avez un projet ?

Contactez-nous

Assassin's Creed Unity

Le pari semble un peu fou. Pourtant, Pascal Mériaux, formateur et enseignant en histoire-géographie, l’a relevé avec brio : dans son lycée de l’académie de Lyon, il utilise la série de jeux d’Ubisoft comme ressource pédagogique. Le bilan ? Concluant : l’utilisation du jeu vidéo comme support de cours interactif renforce la motivation et l’implication des élèves et permet d’engager leur esprit d’analyse.

Le salon Educatec-Educatice, qui se tenait du 9 au 11 mars à Paris, a été pour Pascal Mériaux l’occasion de partager son expérience d’utilisation des jeux vidéo à des fins pédagogiques. Présent sur le stand du ministère de l’Education nationale pour le lancement du portail « Apprendre avec le jeu numérique », il est revenu sur son utilisation de la série Assassin’s Creed.

Assassin’s Creed, qu’est-ce que c’est ?

Développé par le français Ubisoft, Assassin’s Creed est une série de jeux vidéo historiques d’action-aventure, disponibles sur plusieurs consoles et sur PC. Le joueur contrôle un personnage qui doit remplir des missions variées (infiltrations et assassinats d’ennemis) dans un monde « ouvert », c’est-à-dire dans lequel il peut circuler librement, sans avoir nécessairement besoin de suivre le scénario du jeu.

Chaque opus se déroule à une époque et dans des lieux différents : la mer des Caraïbes au XVIIIe siècle, les eaux de l’Atlantique Nord pendant la guerre de Sept Ans ou encore le Londres de l’époque victorienne. Dans Assassin’s Creed Unity, sorti en 2014, c’est le Paris révolutionnaire qui sert de cadre à l’intrigue… Une période qui est justement au programme des classes de seconde.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=xzCEdSKMkdU[/youtube]

Visite du Paris révolutionnaire

Pour Pascal Mériaux, pas question de faire jouer les élèves. Non seulement ça serait trop compliqué d’un point de vue logistique (équipement en consoles ou ordinateurs, achat des licences, prise en main du jeu…) mais, surtout, le jeu est interdit au moins de 18 ans, un âge que n’ont pas encore atteint la plupart de ses lycéens.

L’enseignant utilise le jeu pour créer des capsules vidéo pédagogiques : il filme le parcours du personnage principal à travers des lieux symboliques du Paris du XVIIIe siècle, profitant ainsi de reconstitutions exceptionnelles, des bâtiments aux vêtements des habitants, et d’une atmosphère très finement retranscrite.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=C3L4bt3dlDU[/youtube]

Capsule vidéo sur la Bastille

Développer l’esprit critique des élèves

Malgré les efforts et moyens mis en place par les créateurs du jeu, plusieurs anachronismes subsistent. Ce n’est pas un problème pour le professeur d’histoire-géographie. Au contraire, il s’appuie sur des analyses d’historiens pour pointer ces erreurs en classe et en discuter avec ses élèves. Le jeu devient alors un support de réflexion qui permet d’apprendre aux secondes la nécessité d’une certaine mise à distance par rapport aux objets culturels, quels qu’ils soient.

Même constat avec les critiques émises sur le jeu par Jean-Luc Mélenchon qui estime qu’Assassin’s Creed Unity donne une image négative de la Révolution et de Robespierre. Une dénonciation qui permet à Pascal Mériaux de montrer à ses élèves que le jeu vidéo peut aussi avoir un enjeu politique. Le cours se transforme alors en leçon d’éducation civique, lors de laquelle est également évoquée la question de la violence, omniprésente dans le jeu.

Pour les élèves, constater qu’un jeu vidéo que la plupart d’entre eux connaissent bien peut devenir une source d’apprentissage est une vraie révélation. Pour Pascal Mériaux, cette expérience interroge la posture de l’enseignant, seul garant de l’efficacité pédagogique de ce type de projets. Et, si les résultats sont au rendez-vous – les élèves sont plus motivés – il ne manque pas de rappeler que cela exige énormément de temps de préparation pour l’enseignant, qui doit notamment bien connaître les limites du jeu pour l’utiliser comme support de travail.

 

Crédit photo : BagoGames / Flickr.com / Licence CC BY 2.0