Vous avez un projet ?

Contactez-nous

L’arrivée de Satya Nadella à la tête de Microsoft en 2014 a profondément changé la dynamique générale de notre entreprise. En effet, alors que celle-ci s’est construite autour de Windows, c’est à présent autour de l’intelligence artificielle et du cloud d’être au centre de la stratégie de la société.

Par exemple, 30 millions de dollars ont été investis en France pour développer l’utilisation de l’IA sur le territoire. Ce changement stratégique s’est évidemment accompagné d’un changement de position vis-à-vis d’un certain nombre de sujets. Si le projet de Bill Gates et Steve Ballmer était d’avoir un ordinateur Windows dans chaque foyer, celui de Satya Nadella est bien différent. Avec cette mission « Empower every person and every organisation to achieve more », il le clame haut et fort, le nouveau mot d’ordre de Microsoft c’est la collaboration entre tous les utilisateurs.

La relation avec l’open source :

Il y a un domaine que ce changement impacte directement, c’est notre relation avec le monde du logiciel libre et de l’open source, où le code est accessible et modifiable par les utilisateurs. L’analogie systématique entre Microsoft et le logiciel propriétaire est terminée ; aujourd’hui de nombreux projets Microsoft sont open source et gratuits. Cette dynamique est portée par la direction générale mais aussi par une grande partie des équipes techniques qui contribuent à l’amélioration continue du groupe sur le sujet. Durant la dernière décennie, l’entreprise, longtemps considérée comme détractrice de l’open source est devenue un acteur important du domaine.

Voici les points marquants :

Grâce à la volonté de contribution au libre de nos développeurs vous pouvez par exemple retrouver l’intégralité du code de Visual Studio Code sur la plateforme GitHub pour l’utiliser, le copier, le modifier ou l’améliorer au gré de vos envies. En effet le code a été publié sur la plateforme avec une licence open source. D’autres projets à des fins éducatives comme Microsoft MakeCode sont aussi des plateformes open source, où le code y est donc accessible.

Une étude menée par une équipe franco-australienne composée de cinq chercheurs[1] souligne que Microsoft est le premier contributeur sur la plateforme GitHub avec 438 220 commit[2] sur les 135 repositories les plus actifs du 1er janvier 2015 au 31 mai 2019 devant JetBrains avec 126 485 commit. Ce qui signifie que les développeurs de Microsoft publient plus de code et de documentation que les autres groupes de développeurs sur les projets open source principaux de la plateforme.

L’open source fait maintenant partie de l’ADN de notre entreprise. C’est pourquoi, malgré la surprise affichée par certains membres de la communauté du logiciel libre, la décision de racheter GitHub a eu lieu afin de renforcer notre engagement pour la liberté des développeurs et l’innovation. La plateforme gardera son indépendance et nous ferons de notre mieux pour donner aux développeurs les moyens de répondre aux défis à venir quel que soit leur éditeur de code, leur langage de programmation ou leur système d’exploitation. L’intégration du cloud à GitHub fait notamment partie des axes de développement à venir et pas seulement pour le cloud Microsoft, Azure.

Microsoft & GitHub

 

En effet nous avons à cœur d’être un acteur moteur pour la communauté du logiciel libre. Nous avons, par exemple, sponsorisé, en plus d‘y participer, le Paris Open Source Summit 2019. C’est un rendez-vous majeur pour l’écosystème Open source français. Nous y avons notamment présenté un projet sur lequel nous avons travaillé avec Inria. Ce projet est constitué de deux ensembles de code libre qui participent à l’implémentation du protocole TLS.

Nous participons aussi à de nombreuses fondations comme la Fondation Linux, la Fondation Eclipse et la Fondation Apache Software. Nous partageons également un ensemble de ressources en ligne pour encourager et démystifier la contribution au logiciel libre. De plus, nous supportons aussi financièrement des projet open source choisis par nos employés travers du FOSS Fund. En effet, lorsque les employés Microsoft contribuent à des projets open source sur GitHub (en dehors des repository GitHub de Microsoft), ils peuvent soumettre un projet au vote pour obtenir un financement à la hauteur de 10 000 dollars US. Un nouveau projet est choisi chaque mois.

En plus de participer à la conception de code open source, nous facilitons l’intégration d’un nombre important de logiciels libres à notre cloud Azure en veillant à respecter le travail des éditeurs. Parmi eux Docker, Kubernetes, My SQL, PostgreSQL, Apache Spark et bien plus encore. Le libre est omniprésent sur Azure. Tout comme les machines virtuelles Linux qui vous permettent d’utiliser et développer des solutions open source. En effet, 60% des solutions de la Marketplace Azure et 50% des Virtual Machine de notre cloud tournent sous Linux. Nous travaillons en effet pour renforcer l’interopérabilité entre nos solutions et les logiciels libres grâce à l’utilisation de protocoles standards libres. Il est par exemple possible d’implémenter OpenID Connect pour vos solutions web hébergées sur Azure. De plus il est possible de retrouver sur la plateforme Microsoft Learn des tutoriels pour apprendre à utiliser ces logiciels libres sur Azure : comme pour Kubernetes par exemple.

Nous mettons aussi le Cloud Azure au service des étudiants, comme à l’université d’Evry, où les étudiants utilisent nos solutions couplées à des solutions libres comme Apache Spark. Les étudiants peuvent aussi se former à l’IA sur Azure grâce au projet open source Scikit-learn qui est devenu une référence dans le monde de l’intelligence artificielle et qui est pris en charge par notre plateforme de cloud.

Ainsi, sur le cloud, il y a une vraie synergie entre Linux et les solutions Microsoft. Mais depuis peu, nous avons aussi amorcé un rapprochement entre Linux et Windows pour créer une interopérabilité entre les systèmes.

Depuis 2016 il est notamment possible d’exécuter sous Windows 10 des scripts Bash sans passer par des machines virtuelles Linux ou des solutions externes comme Cygwin, grâce à un Shell Unix Bash intégré. Dans la suite logique de cette démarche Satya Nadella a annoncé lors du Build 2019 l’intégration d’un noyaux Linux natif à Windows 10. Ce qui permet d’exécuter sous Windows des applications Linux natives avec des performances bien meilleures que par le passé.

Plus récemment, en ce début d’année, avec la dernière mise à jour de Windows 10 (build 19603), si vous avez installé WSL (Windows Subsystem for Linux) sur votre PC, un nouveau lecteur Linux apparaît dans l’explorateur de fichiers. Ce lecteur permet d’accéder aux fichiers Linux sur la machine. Il s’agit donc d’une autre avancée pour la prise en charge de cet environnement par Windows.

En effet, nos habitudes informatiques évoluent, propulsées par la virtualisation et le cloud. Aujourd’hui les utilisateurs ne sont plus liés qu’à un seul appareil et un seul usage. Faciliter l’interopérabilité entre les solutions est nécessaire pour répondre aux besoins et attentes.

La nouvelle mission de Microsoft, nous l’avons dit précédemment, est de favoriser la collaboration entre tous. Pour atteindre cet objectif, nous œuvrons activement, afin de renforcer le caractère multiplateforme et l’interopérabilité de nos solutions. Ainsi, ce sont la coopération et la communication entre tous les utilisateurs, quels que soient les systèmes d’exploitation utilisés, qui sont mises en avant. Briser les barrières liées au support, telles que la compatibilité avec une machine.

[1] Laure Muselli de Télécom Paris – IP Paris, Stefano Zacchiroli de l’Université Paris Diderot / Inria, ainsi que Mahin Raissi, Mathieu O’Neil et Xiaolan Cai de l’Université de Canberra.

[2] Un commit est une publication de code sur GitHub